Investir présente de sérieux risques, y compris la perte totale ou partielle de capital. Veuillez lire le document Fiche d'informations clés sur l'investissement et les facteurs de risques et vous connecter avant d’investir.

Les grandes étapes d’une production audiovisuelle

Avant et après le tapis rouge, les étapes de la production d’une œuvre audiovisuelle sont nombreuses et non moins fascinantes.

Tout commence par la décision d’investir en développement dans une idée, une œuvre originale ou une adaptation dont le producteur perçoit le potentiel commercial. S'ensuit une période foisonnante appelée “développement” au cours de laquelle cette idée prend forme et est proposée successivement à des scénaristes, des réalisateurs, des comédiens et au moment opportun à des diffuseurs.

L’enjeu pour le producteur est que le projet soit commissionné, c'est-à-dire pré-acheté par un diffuseur, qui va alors prendre le contrôle éditorial de son développement artistique. Le producteur va ensuite coordonner la poursuite du développement, le tournage et la post-production pour assurer la livraison en temps et en heure de l'œuvre audiovisuelle prête à être diffusée. Il aura alors gagné sa marge bénéficiaire.

Par ailleurs, le producteur aura aussi trouvé d’autres partenaires pour compléter le financement du projet et en particulier un vendeur international (distributeur) qui assurera la vente de la série ou du film dans d’autres pays que celui qui l’a initialement commissionné, afin de générer des profits ultérieurs. Les droits sont en général détenus pendant 30 ans et les ventes pouvant s'effectuer dans le monde entier, elles peuvent générer des recettes importantes.

Lorsque le projet est commissionné en tant que contenu original par une plateforme de streaming pour une exploitation globale, les ventes ultérieures sont limitées voire inexistantes mais la marge bénéficiaire du producteur est supérieure.

Le business model


Développer 10 projets par an
Pour atteindre le taux de mise en production visé (10-20%), Climax Films doit développer 10 projets par an, 8 projets étant susceptibles d'être abandonnés s'ils ne trouvent pas d'acheteur.
Tout commence par la prospection, aujourd'hui principalement dirigée vers les séries qui représenteront à terme environs 2/3 de l'activité.
Climax Films continue de développer quelques long métrages, activité pour laquelle son expertise n'est plus à démontrer.
Afin d'optimiser la prospection et le développement, l'équipe a été renforcée d'une directrice du développement et d'une assistante au développement, qui assurent la prospection de nouveaux projets et talents auprès des éditeurs, des agents et des scénaristes. Elles accompagnent ensuite le développement artistique.

Tester le marché très tôt
Afin de limiter le risque, les étapes de développement sont précisément définies et découpées afin de pouvoir présenter (pitcher) le projet très en amont à des distributeurs et diffuseurs, en dosant l'investissement selon les retours du marché. Seuls les projets qui suscitent a priori un intérêt verront leurs investissements en développement se poursuivre.

Attirer et fidéliser les talents
Nouer des collaborations durables avec les meilleurs talents (en premier lieux les scénaristes, réalisateurs et comédiens) et leurs agents est l’un des enjeux principaux pour les producteurs. Le marché souffre aujourd'hui d'une pénurie de scénaristes expérimentés. Climax Films entretient déjà des collaborations privilégiées et durables avec certains talents comme le réalisateur Jaco Van Dormael (par ailleurs associé au sein de Paragon), la réalisatrice Hinde Boujemaa ou encore le scénariste Mohamed Benyekhlef. D’autres collaborations sont déjà entamées et l’équipe de prospection rencontre régulièrement de nouveaux talents et agents. Attacher des talents reconnus (scénaristes, réalisateurs et comédiens) aux projets en développement est fondamental pour constituer un packaging attractif pour les diffuseurs.

Veille du marché, positionnement et communication
Depuis la création de Paragon, les managers et la responsable du développement ont rencontré les conseillers de programmes des principaux diffuseurs (TF1, France TV, Arte, …) ainsi que des représentants des plateformes de streaming en France (Netflix, Disney+, Apple TV, Amazon Prime Video) afin de présenter l’entreprise et de connaître plus précisément leurs besoins en termes de contenu. L’équipe de prospection est en analyse constante des tendances et audiences du marché. Les premiers projets développés ont été présentés et bien accueillis. Le positionnement de Paragon doit aussi se faire dans la presse spécialisée et dans la manière dont elle communique envers les talents.

Optimiser le financement
Climax Films bénéficie d'une expérience de plusieurs dizaines d'années dans le financement de coproductions européennes ambitieuses. Disposer d'une structure en Belgique et en France ainsi que de partenaires dans de nombreux pays européens est un grand atout pour pouvoir optimiser le financement des caractéristiques de chaque projet.

Maîtriser la fabrication
L'expérience des managers leur permet de contrôler l'ensemble de la chaîne de production afin d'assurer la livraison aux diffuseurs avec la qualité requise dans le respect du budget et des délais.

Optimiser la gestion des droits du catalogue
Une juriste expérimentée a été recrutée afin d'optimiser la gestion des royalties et des droits du catalogue (suivi des décomptes d'exploitation mais aussi exploitation des droits disponibles et vente des droits de remake).

Gérer l'augmentation du volume
La structure opérationnelle a été optimisée pour pouvoir faire face à l'augmentation du volume produit. Le management prévoit que chaque département puisse grandir et recruter selon les besoins lorsque le nombre de productions augmentera. On prévoit d'ores et déjà que plusieurs engagement seront nécessaires dès les prochains tournages (producteur exécutif, personnel administratif, juridique et assistants au développement)

Le plan financier cash

Le plan financier découle du plan de trésorerie basé sur la mise en production des projets présentés dans le planning. La marge bénéficiaire pour chaque projet est comprise entre 10 et 15% du budget, selon la typologie de projet et de diffuseur ciblé.

Les sociétés de production ont une comptabilité spécifique et particulière. Les charges et profits sont comptabilisés à la clôture des productions. En cours de production (cycles qui peuvent durer jusqu'à 2 ou 3 ans), les charges liées aux productions (coûts des productions en cours) sont activées en stock et les produits (financements des films obtenus) sont passés au passif en acomptes reçus.

Afin de faciliter l'interprétation des chiffres, la présentation d'un compte de résultat cash qui permet d'apprécier le résultat de l'activité par l'évolution des liquidités selon le plan de trésorerie a été privilégiée.

GROSS REVENU : financements/produits des productions de l'année
ROYALTIES : recettes d'exploitation (royalties sur le catalogue, ventes internationales, ...)
COGS (Cost of goods sold) : coût de fabrication des productions de l'année (hors frais généraux de la structure)
GROSS PROFIT : différence entre Gross Revenu + Royalties - COGS
R&D (LOSSES) : dépenses de développement "à perte" autrement dit non inclues dans les COGS, (taux conservateur de 90% des dépenses de développement). Les hypothèses de l'actuel business plan prévoient un investissement relativement constant des dépenses de développement pour parvenir aux objectifs fixés et réalistes de 2 projets mis en production par an. Une augmentation des dépenses de développement pourrait cependant permettre d'augmenter le taux de mise en production. Les frais de structure seraient alors amenés à augmenter également mais de manière non proportionnelle aux frais de R&D. Par exemple, optionner les droits d'oeuvres (romans, franchises, ...) à succès international coûte très cher, les groupes et majors qui ont des moyens de développement très important se les disputent.
A titre indicatif, les groupes Newen et Mediawan ont environs 120 projets en développement par an.

SG&A : frais généraux de structure (personnel, bureaux, IT, voyages et transport, participation aux marchés professionnels). Une augmentation de ces frais est prévue dès les premières mises en production (engagement d'un·e producteur·rice exécutif·ve (line producer) interne, recrutement de personnel complémentaire pour l'administration de production et l'assistanat).
OPERATIVE INCOME : GROSS PROFIT - R&D - SG&A
INTERESTS : intérêts selon le plan d'amortissement actuel des dettes. Un remboursement anticipé permettrait de réduire ces charges financières.
ESTIMATED TAXES : impôt estimé selon la méthode de comptabilisation mentionnée plus haut.
NET INCOME : OPERATIVE INCOME - INTERESTS - TAXES


TOTAL DEBT : dette totale dont l'évolution suit le plan d'amortissement actuel convenu avec les prêteurs.
CUMULATIVE CASH : état des liquidités cumulées en ce compris le montant maximum du round actuel (649 520 €).

Rentabilité


Les années 2022 et 2023 sont consacrées au développement et à l'implantation de Paragon sur le marché français. Etant donné l'état d'avancement des projets, deux mises en productions sont prévues fin 2023 (Une série dont le budget est de 9,6M€ et un film à 2,4M€). Ces deux projets génèreront une marge bénéficiaire d'un total de 1,1M€ qui sera encaissée progressivement entre fin 2023 et fin 2024. C'est donc en 2024 que les premiers bénéfices seront réalisés et que le nouveau business model atteindra le breakeven.

Télécharger Climax_Films_Pitchdeck_Spreds_230104.pdf

Fact sheet

Conseillé par un professionnel de la création d’entreprise
Valorisation est fixée par le co-investisseur ou l’incubateur
Co-investisseur ou incubateur seront membre ou observateur du conseil d’administration
À la clôture, un incubateur, accelerateur, ou studio aura des parts
À la clôture, les entrepreneurs ont apporté un minimum de 15 000 € en espèces en échange d'actions
À la clôture, un co-investisseur professionnel aura investi au moins 25 000 €
Financement antérieure en capital ou prêt convertible avec minimum 10 investisseurs
Entrepreneurs expérimentés
Au moins 2 entrepreneurs actifs
Valorisation fixée par un organisation spécialisé dans des valorisations de taille comparable
Valorisation est inférieure à 1 million € ou à 10x le chiffre d’affaires de l’année précédente

Récapitulatif

Investissements crowd 15 180 €
Promis par d’autres 350 520 €
Montant levé 365 700 €
Minimum round 375 360 €
Maximum round 1 000 040 €
Actions dans la société (tour total) 30,304 %
Valorisation pre-money 2 300 000 €
Valorisation post-money min. 2 675 360 €
Valorisation post-money max. 3 300 040 €