Les logements insolites : un marché fructueux en Belgique

— Succès de nos start-up — lecture en 6 minutes

spread.jpg

Avec un développement perpétuel depuis 10 ans, le marché niche des logements insolites se développe rapidement. Plus encore, la crise sanitaire a accentué ce phénomène qui monte en puissance depuis plusieurs années, incitant le marché à se structurer. Tiny Houses, bulles et incontournables cabanes dans les arbres : l’hébergement insolite compte toujours plus d’adeptes. Le cas de la startup bruxelloise Cocoon.brussels est très parlant. Marie Logé, CEO de l’entreprise, témoigne : « Dès notre ouverture, alors que nous étions en plein confinement de fin d’année, notre taux de remplissage a grimpé à 100% les weekends et 92% en semaine! Nous avons été saisis par la demande. C’est la raison pour laquelle nous avons décidé de proposer de nouveaux logements insolites sur la Grand-Place de Bruxelles, d’ici fin 2021 ».

Selon le site d’Abracadaroom, spécialiste de l’hébergement insolite en France, la tendance se confirme bel et bien avec un panier moyen augmentant de 17 % (soit plus de 220 € par conversion) durant les deux dernières années. En France, le marché représente déjà 260 millions d’euros en 2019. Et la Belgique suit cette courbe.

C’est un fait, l’insolite se porte bien et correspond aux changements que nous observons en terme d'habitudes de voyage : les européens, dont les belges, voyagent de manière plus régulière et plus près. Autrement dit, on se fait davantage plaisir mais sur une plus courte durée. Rajoutons à cela le contexte sanitaire actuel, qui a quelque peu changé nos habitudes de consommation. Par conséquent, les vacanciers recherchent davantage les expériences dépaysantes et atypiques.

Selon une enquête de Booking.com, la demande pour des logements alternatifs augmente plus rapidement que celle des logements traditionnels (hôtels, motels et complexes hôteliers). En effet, en 2018 le nombre d’hébergements alternatifs avait déjà augmenté de 27% par rapport à l’année précédente. Qui plus est, 37% des voyageurs dans le monde ont dit envisager de séjourner dans un logement insolite durant l’année 2019, soit une augmentation de 25% par rapport à 2018. Cette tendance croit chaque année depuis. Preuve à l’appui, de plus en plus de logements insolites voient le jour en Flandre et en Wallonie avec des taux de remplissage de près de 100% à un horizon temporel de 90 jours.

Ces hébergements insolites vont généralement de pair avec une immersion en pleine nature, autre tendance marquante à l'issue du premier confinement. Pourtant, la société Cocoon, implantée dans l'hyper-centre de Bruxelles, a choisi un tout autre challenge : proposer un cocon de relaxation, sur la Grand-Place. « Nous voulons inviter le belge et les touristes limitrophes à vivre l'agitation de la trépidante capitale, tout en profitant d'une nuit magique avec la plus belle des vues! », confie Maxime Nolf, gérant du concept de glamping.

Mais qu’est-ce que cette pratique au juste ? Le glamping, contraction de « glamour » et de « camping », est un type d'hébergement touristique alternatif proche du camping, mais qui propose des séjours atypiques (par exemple, en roulotte, yourte, maison arboricole, dans une bulle, etc.). Contrairement au camping traditionnel, cette pratique demande un certain niveau de qualité de confort en matière de literie, de sanitaires et de restauration. Et c'est ce que Cocoon.brussels a souhaité mettre en place, en proposant à sa clientèle une nuit au sein d'une bulle, elle-même installée dans un des greniers de la Grand-Place de Bruxelles.

Plus encore, Cocoon surf sur la tendance du slow tourisme, qui a le vent en poupe. Cette approche, opposée au tourisme de masse, prône pour des voyages simples, avec un impact écologique moindre et proche de chez soi.

Seulement ouvert depuis six mois et avec un prix de 5 400 €/mois pour une seule bulle, Cocoon.brussels s’agrandit pour pouvoir offrir à ses clients différentes expériences insolites. Au total, cinq nouveaux hébergements verront le jour d’ici fin 2021. De quoi ravir les adeptes de nuitées atypiques avec une vue imprenable sur le sapin de Noël de la Grand-Place de Bruxelles. Afin de financer ce projet, la start-up a fait appel à la plateforme d’investissement Spreds et organise actuellement une levée de fonds pour étendre son business et installer de nouvelles bulles à travers le Belgique. Lancée depuis seulement quelques semaines, cette campagne a déjà pu lever plus de 83 500 € via la plateforme et vise les 250 000 € avant le 27 aout 2021 afin de concrétiser l’ensemble du concept.

Une chose est sure, les logements insolites ont un avenir fructueux en Belgique et pousse les investisseurs à considérer ce nouveau marché. N’hésitez donc plus à participer au financement de ce projet prometteur.

-- Marie Schyns, Communication Manager chez Cocoon.brussels


Merci de lire ceci si vous souhaitez investir sur Spreds :

Investir comporte de sérieux risques, comme le risque de perte totale ou partielle de votre capital. Veuillez investir de façon responsable.

Spreds opère une plateforme de financement alternatif qui permet au public d’investir dans des entreprises innovantes. Par investissement, on entend des Notes participatives d’un montant minimum de 100 euros soumis au droit belge et qui représentent une créance contre l’émetteur Spreds Finance, société anonyme de droit belge ayant son siège social Place Sainte-Gudule 5 à 1000 Bruxelles (enregistrée auprès de la Banque Carrefour des Entreprises sous le numéro d’entreprise BE 0538.839.354, R.P.M. Nivelles).

La totalité du montant levé au terme de l’offre sera utilisée par Spreds Finance pour souscrire à une augmentation de capital ou pour l'octroi d'un prêt dans la/les société(s) mentionnées en-dessus. Les Notes ont une durée indéterminée et sont libellées en euros. Elles n’offrent aucune garantie de rendement ou de remboursement du capital. Le rendement et le montant du remboursement dépendent entièrement de la performance de l’investissement réalisé par l’émetteur avec le produit de l’émission des Notes dans la société Spreds Finance. La valeur nominale des Notes correspond au montant de souscription, en ce compris les frais d’émission, mais exclut les frais de paiement décrits ci-après.

Spreds Finance S.A. prélève un frais de souscription égal à 5 % du montant de souscription uniquement pour les opérations en capital, à l'exclusion des opérations de prêt. Les frais de paiement sont supportés par les investisseurs.

Nous vous conseillons vivement, avant de considérer tout investissement, de lire attentivement les Conditions Générales et - le cas échéant - la Note d’information ou le Prospectus, notamment les facteurs de risque qui y sont décrits.

L’attention de l’investisseur potentiel est attirée sur le fait qu’il existe un risque que les objectifs de la/les société(s) mentionnées ne soient pas atteints, ce qui pourrait entraîner une diminution non négligeable des revenus espérés et donc un risque de faillite ou au moins de rendement faible, voire nul ou négatif, pour les investisseurs.