Enerdeal 1A

Loan Belgium 72 investors
Smart Energy Today provides large companies with third-party-financed industrial size photovoltaic power plants for energy bill reduction and green energy wide development.
Loan
Investment type
10 years
Investment duration
€79,749
Amount raised
6.16%
Gross interest rate
0 days
Remaining
  • AAA
  • AA
  • A
  • BBB
  • BB
  • B
  • CCC/C
Unknown
Unknown
159% funded
This campaign has been closed
This campaign has ended. If you have any more questions or remarks, do not hesitate to contact us via info@spreds.com.

Artjom A

Quand sera le paiement du premier coupon?

[Inactive author]

[This comment is no longer available.]

Evert V

Wanneer vinden de uitbetalingen plaats?

[Inactive author]

[This comment is no longer available.]

Baudouin H

Que se passerait-il dans l'éventualité ou la société commerciale ou industrielle tombait en faillite et devait mettre la clé sous le paillasson pour quelque raison que ce soit ? ...

Patrick G

Bonjour François,
comment est-on traité fiscalement en tant que français ?
bien à toi

[Inactive author]

[This comment is no longer available.]

Patrick G

Bonjour
une question je ne comprends pas la cessibilité du prêt (1.4 du mémorandum) par la plateforme ? cdlt pg

[Inactive author]

[This comment is no longer available.]

Jean-Marc C

J'aime bien a partie sur le finncement des projets et le concept général par contre la publicité 'investissez dans le durable' me dérange beaucoup. Le photovoltaique n'est pas durable tant economiquement (subsidié pour etre rentable) que au niveu de la nature (production des cellules, durée de vie et elimination). N'hesitez pas a vous diversifier vers la cogénération bien plus eco (-nomique et -logique) que le photovoltaique

Francois N Entrepreneur

Merci de votre intérêt. Je persiste cependant à défendre le côté durable du photovoltaïque pour plusieurs raisons:
- fabrication: la quantité d'énergie grise nécessaire pour fabriquer un panneau solaire varie entre 1 et 3 ans, c'est à dire qu'après ce temps de production solaire, le panneaux aura compensé tout le CO2 nécessaire pour le produire (source: http://www.renewableenergyworld.com/rea/blog/post/2011/07/studies-show-pv-panels-return-embodied-energy-in-1-3-years );
- la durée de vie des panneaux est de plus de 25 ans (obligation de l'UE que les fabricants garantissent 80% d'efficacité des panneaux après cette durée! Un exemple concret: l'installation solaire du site de Chevetogne qui avait été installée en 1982 et démontée en 2004 avait encore 82% d'efficacité lors de son démontage (alors que la techno datait de début 80').
- En fin de vie, la filière photovoltaïque est la seule qui garantit une "recyclabilité" totale (silicium + verre + aluminium) et d'ailleurs 90% des fabricants de panneaux adhèrent à PVCYCLE, association européenne basée à Bruxelles et gérée par Veolia Environnement, qui garantit la collecte et le recyclage total et sans frais.
- Dans nos régions, TOUS les moyens de production d'énergie renouvelables sont subsidiés (éolien, solaire, cogénération, hydraulique, thermique, ...) mais de moins en moins (ce qui est bien) du fait de la baisse du prix de ces installations et de l'augmentation du prix de l'énergie. Au vu de ces 2 tendances, on arrive donc très bientôt à la "grid parity", ce qui est déjà le cas en Espagne (beaucoup de soleil et même au Danemark (électricité très chère)
- concernant la cogénération: le taux de CO2/MWh produit est nettement plus élevé que le solaire (normal car consommation de carburant, vert ou non), la durée de vie des moteurs est de maximum 8-10 ans, le potentiel est très petit car peu de sociétés ou de gens ont besoin de chaleur en quantité et en continu.
Conclusion:
- l'énergie solaire a un impact nettement plus positif que le cogénération sur l'environnement a ce stade;
- seule l'énergie solaire peut être installée partout (car la cogen demande une consommation de chaleur importante);
- économiquement, du fait de la durée de vie bien plus grande du solaire, le coût unitaire du MWh produit est bien moindre qu'en cogénération.
Mais entendons-nous bien, la cogénération est certainement une technologie attractive et rentable; la seule difficulté est le très petit nombre d'opportunités pour lequel on peut la considérer adéquate.

Cedric B

Bonjour,
Félicitations tout d'abord pour la présentation claire de votre société.
Pourriez-vous préciser l'impact du point suivant du memorandun sur l'investisseur: "2.7.2. Pas d’intérêt fixe - Intérêt variable dépendant du Profit".
Confirmez-vous que le remboursement aux investisseurs que nous sommes est bien fixe et de 6.16% par an tant que la société est en activité?

Autre question: imaginons que le prix de 65€ garanti ne le soit plus pour les nouveaux projets après 2014 mais qu'il chute. Jusqu'à quel prix les projets sont-ils rentables pour vous (allez-vous augmenter les loyers?) et combien de projets devez-vous gérer à quel horizon pour être viables à LT au niveau des frais fixes?
Merci!

Cedric B

Bien clair, merci.

Francois N Entrepreneur

L'intérêt est bien fixe à 6.16%; vous avez raison, le point 2.7.2du memorandum n'a pas lieu d'être.
La société PVFinvest S.A. (filiale de Enerdeal) dans laquelle sont "hébergés" les projets n'est qu'une société de financement de projet; elle n'a pas d'autre activité ni frais fixes spécifiques. Le business plan de chaque projet inclut d'office une part de frais de gestions, donc tous les projets qui rentrent dans cette société sont autonomes en terme de rentabilité.
Le prix des CV pour après 2014 est garantit à 65€ dans un Arrêté du Gouvernement Wallon dont les détails ont été publiés par la Commission Wallonne Pour l'Energie (voir http://www.cwape.be/?dir=3&news=376).
Seuls les projets offrant une rentabilité de 6.16% pour l'investisseur seront retenus.

Aurélien P

S'agit-il d'un coupon versé annuellement ou d'une capitalisation ? Si c'est un coupon annuel, quand est-il versé ?
Reçoit-on les documents nécessaire pour la déclaration fiscale ?

[Inactive author]

[This comment is no longer available.]

Aurélien P

Merci pour cette précision fort utile ! Bonne journée !

Alex B

Je suis étonné de ne trouver aucune information concernant le type de panneau solaire que vous employez, avec quels fournisseurs travaillez-vous ?

Francois N Entrepreneur

Cette information se trouve page 9 du prospectus PDF téléchargeable dans la rubrique due diligence.
Pour tout projet raccordé à compter du 07 août prochain, la Région Wallonne accorde un bonus de 0,5CV /MWh produit au travers de panneaux made in Europe. Nous avons dès lors pris les devants et déjà réalisé deux nouveaux projets (en cours d'installation) avec des panneaux Solarwatt, made in Germany et dont l'actionnaire est Stefan Quandt, également actionnaire principal de BMW. D'autres fournisseurs européens sont également utilisés, fonction des disponibilités de produit). Pour les onduleurs, nous travaillons avec Refusol (made in Germany, classé dans le top 3 des meilleurs mondiaux par la revue Photon); Pour les systèmes de montage, nous travaillons soit avec Schletter (made in Germany, numéro un mondial) soit PMT (également made in Germany, la meilleure solution pour les toits plats, validée en résistance aux vents par l'Université de Delft).

Artjom A

Les frais de MyMicroInvest (12%) sont trop élevés par rapport au rendement.

[Inactive author]

[This comment is no longer available.]

Francois N Entrepreneur

Concernant le rendement, MyMicroInvest prend une commission de 2% par an durant 6 ans, soit 12% au total. Sur base 100 Euros investis, le net réellement disponible pour Enerdeal est 88 Euros. Enerdeal paie un intérêt de 7% sur ces 88 Euros, ce qui fait 6,16€ par an. Ces 6.16€ par an sont bien 6,16% de 100 Euros.
Concernant les 100 Euros investis, bien sûr que vous les récupérez, à la fin du prêt. C'est le principe d'une obligation dite "bullet". C'est d'ailleurs une exigence spécifique de la banque de conserver ce principal tout au long de la durée du prêt et de placer chaque année ce montant progressivement reconstitué sur un compte bloqué qui garantit sa disponibilité complète au terme.

Artjom A

L'intétêt de 7% est-il payé sur les 88€ réellement investi? Et à la fin récupère-t-on les 100€?
Que je sache les 12€ sont immédiatement dépensés comme frais et on les récupère jamais. Du coup un rendement de 6,16% n'est pas possible.

Michael D

Comment envisagez-vous l'avenir de cette entreprise si l'Etat ne garantit plus le rachat des certificats verts dans les années qui viennent ?

Francois N Entrepreneur

Il y a d'une part l'octroi des certificats verts et d'autre part la garantie de rachat.
Les critères d'octroi sont fixés par un Arrêté du Gouvernement Wallon qui est lui même publié au Moniteur belge. Régulièrement, ce qui est normal, le niveau de soutien est revu à la baisse du fait tant de l'augmentation du prix de l'électricité que de la baisse du prix des installations. Le nouvel arrêté publié le 05 mai 2014 a fixé les taux d'octrois pour le deuxième semestre 2014 et l'année 2015. Pour toute installation raccordée dans cette période, les taux d'octroi sont donc figés et garantis pour les 10 prochaines années, afin de garantir à l'investisseur une rentabilité moyenne de 7%.
Quant à la garantie de rachat de ces CV, c'est une possibilité qui est donnée par le Région Wallonne mais pas une obligation. Néanmoins, pour chaque projet développé, nous la demandons systématiquement afin de sécuriser le minimum de rentabilité proposée à l'investisseur. Cette garantie est un Arrêté Ministériel spécifique à chaque projet. Sa valeur juridique est donc formellement engageante et a été validée par le bureau d'avocats belge le plus spécialisé en la matière. Il faut savoir que ce n'est pas l'Etat qui paie ces CV mais bien chaque consommateur qui les finance au travers d'une quote part de sa facture d'électricité. En outre, le quota de CV que chaque fournisseur d'électricité doit présenter au législateur est en augmentation chaque année, ceci afin de garantir l'atteinte des objectifs imposés par l'UE. Le prix de 65€ pris en compte dans nos calcul est donc le prix minimum. Les banques, qui financent 70 à 80% du montant d'investissement de ces projets, sont également confiantes quant à ces garanties. Enfin, nous avons également été approchés par des énergéticiens qui tous proposent le même niveau de prix de 65€.

Press articles

L'Intercommunale du Brabant Wallon signe avec Enerdeal - Inauguration de la centrale solaire de Louvain-la-Neuve

Enerdeal, au travers de sa filiale de tiers investissement PVFinvest a inauguré le 05 septembre dernier 2 nouvelles centrales solaires industrielles, installées sur les bâtiments de l'Intercommunale du Brabant Wallon à Louvain-la-Neuve (187 kWc) et à Saintes (83 kWc).

L'IBW a organisé pour cette inauguration une conférence de presse qui donné lieu à un reportage télévisé sur TV Com (http://www.tvcom.be/index.php?option=com_content&view=article&id=13727:lln-nouvelle-installation-photovoltaique-de-libw&catid=128:news&Itemid=348) ainsi qu'à plusieurs articles dans la presse dont l'Echo, La Libre, La Capitale et l'Avenir (en annexe).

Le président de l'IBW y confirme son grand intérêt pour le tiers investissement et souhaite en outre développer d'autres projets sur ce même modèle.

Au travers de MyMicroInvest, tout investisseur peut onc contribuer au développement de centrales solaires avec une rentabilité à la clé de 6.18% sur des projets locaux auprès de propriétaires solides.

Enerdeal sur Canal Z pour son opération de crowdfunding

Notre projet innovant de financement participatif des installations solaire industrielles attire résolument de nombreux échos positifs. Etant une première en Belgique (mais déjà d’application dans de nombreux autres pays), c’est cette fois la chaîne info business CANAL Z qui a souhaité nous interviewer en compagnie de notre partenaire MyMicroInvest.

Un prêt en crowdfunding pour du photovoltaïque

PVFinvest, filiale d'Enerdeal, une société belge spécialisée dans les centrales solaires industrielles veut lever 100.000 euros via la plateforme de financement participatif MyMicroInvest. La société Enerdeal a réalisé en 2013 un chiffre d'affaires de
3.2 millions d'euros. «Nous avons déjà installé 300.000 mètres carrés de panneaux photovoltaïques chez des clients comme Delhaize, CORA ou SunChemical», explique François Neu, cofondateur et managing partner d'Enerdeal. Mais si, auparavant, les entreprises finançaient elles-mêmes ces panneaux, le marché serait de plus en plus demandeur pour des systèmes de tiers investisseur. « Nous avons donc créé un véhicule spécial, PFVinvest, à cet effet, poursuit François Neu. La structure est déjà propriétaire de projets. Nous voulons la développer, et nous proposons aux particuliers de participer au financement de ces énergies renouvelables, sous forme d'un emprunt subordonné ».

Le prêt qui sera consenti par MyMicroInvest à PVFinvest court sur 10 ans, et est assorti d'un rendement annuel fixe de 6,16%. Un emprunt qui vient compléter les 70% à 80% de financement levés auprès des banques sous forme de leasing, et les fonds propres qu'injecte Enerdeal. Le recours au crowdfunding permet à Enerdeal de disposer d'un effet de levier plus important. «C’est un modèle qui existe déjà aux Etats-Unis, avec des acteurs comme Mosaic et que nous sommes très heureux d'offrir en Belgique », ajoute François Neu.

Pour la plateforme de financement participatif MyMicroInvest, ce n'est que la deuxième opération sous forme de prêt. Les autres se sont faites sous forme de capital. « Nous avons déjà levé un prêt pour l'agrandissement de l'hôtel Neufchâtel, qui a eu un franc succès, explique José Zurstrassen, co-fondateur de MyMicroInvest. La nature du risque et les perspectives de rendement sont évidemment différentes pour les investissements: une opération en capital est plus risquée, mais le return potentiel est plus élevé. Ici, Enerdeal permet à des gens qui n'ont pas nécessairement l'occasion de placer des panneaux solaires de bénéficier de cette révolution industrielle. Mais comme toutes les opérations que nous menons, il s'agit toujours d'un investissement à risque: je ne peux qu'encourager les candidats à n’y placer qu'un montant limité de leur épargne.»

CHRISTINE SCHARFF
(Article paru dans le journal L’Echo du 26/06/14)