Top 10 des « success stories made in Belgium »

February 12, 2016 — Startup successes — 8 minutes read

L’entrepreneuriat gagne du terrain en Belgique. Tous les mois, des dizaines de jeunes pousses naissent et se développent. Parmi elles, des destins glorieux. Start-ups rachetées à prix d’or ou tentant l’aventure sur les marchés boursiers, focus sur les 10 « success stories » belges des cinq dernières années.

Omega Pharma :

C’est sans aucun doute le plus grand succès financier belge de ces dernières années. En novembre 2014, Marc Coucke décide de vendre son bijou, Omega Pharma à l’entreprise américano-israélienne Perrigo.

  • Domaine d’expertise : Production de produits pharmaceutiques

  • Montant de l’acquisition : 3,6 milliards d’euros (¼ en actions Perrigo et ¾ en cash). Pour Marc Coucke, le CEO, cofondateur et principal actionnaire d’Omega, la plus-value s’élève à 1,45 milliard.

  • Principaux actionnaires avant le rachat : Marc Coucke (50%), le fond de private equity Waterland (48%) ainsi que certains investisseurs minoritaires.

  • Situation avant le rachat : Un chiffre d'affaires supérieur au milliard d'euros, un bénéfice net de 70 millions, ainsi que 2000 employés dans 35 pays.

  • Raison du succès : Cantonnement au marché des médicaments OTC (produits vendus sans prescription médicale) et réinvestissement des profits dans l’entreprise.

Ogone :

Véritable fleuron belge, la société Ogone, est rachetée en 2013 par Ingenico, un fabricant français leader dans l’installation et la gestion de terminaux de paiement.

  • Domaine d’expertise : Services de paiement en ligne

  • Montant d’acquisition : 360 millions d'euros.

  • Principaux actionnaires avant le rachat (2013) : Le fond américain Summit Partners (60%) ainsi que Thierry Pierson et Harold Mechelynck, les fondateurs du groupe, (détenant initialement chacun 20% du capital).

  • Situation avant le rachat : Un chiffre d’affaires de 42 millions d’euros, 350 personnes employées et une position de leader européen en matière de paiement en ligne.

  • Raison du succès : Un timing parfait, en plein boom de l’achat en ligne ainsi qu’une relative absence de concurrence.

Clear2pay :

C’est en 2014 que FIS (USA), l’un des plus gros fournisseurs de solutions de banking et de produits de paiement dans le monde s’est offert le Belge Clear2pay. 

  • Domaine d’expertise : L'e-finance et la fourniture de solutions de paiements destinées aux institutions financières.

  • Montant de l’acquisition : 375 millions d’euros

  • Investisseurs principaux avant le rachat (2014) : 120 millions de dollars ont été levés par le biais d’Hummingbird Ventures, Quest for Growth, Idinvest Partners, Iris Capital, la PMV, les fondateurs,... En 2009, Aquiline Capital Partners, une société de private equity américaine en était devenu l'actionnaire principal, en mettant 50 millions d’euros sur la table.

  • Situation avant le rachat : 1.200 employés répartis dans 15 pays.

Materialise :

Opérant dans l’ingénierie, le développement et les applications de l’impression 3D, la société belge Materialise est considérée comme l’un des leaders mondiaux de son secteur. Au point que son CEO, Wilfried Vancraen, ait décidé de son introduction en Bourse.

  • IPO : Introduction au Nasdaq le 27 juin 2014.

  • Valorisation boursière : 296 millions de dollars, avec un cours de l’action à 6 dollars.

  • Situation actuelle du groupe : Materialise emploie près de 2000 personnes dans une quinzaine de pays, avec un secteur en pleine croissance (20% par an).

  • Principaux actionnaires : La société belge Ailanthus (28%), mais aussi Wilfried Vancrean (11%) et Sniper investments (2 %).

  • Raison du succès : Création de logiciels et de services performants à destination de la production industrielle (dans des domaines aussi variés que l’aéronautique, l’aérospatial, la construction) ou du domaine médical.

Cartagenia :

En mai 2015, la start-up Cartagenia a été rachetée par Agilent Technologies, un groupe américain spécialiste de recherches en laboratoire. Elle est désormais une « business unit » de l’entreprise américaine.

  • Domaine d’expertise : fourniture de logiciels et de services d'analyse de données génomiques (ADN).
  • Montant de l’acquisition : 60 millions d’euros
  • Investisseurs principaux avant le rachat : PMV, Capricorn Venture Partners, Gemma Frisius Fonds, Quest for Growth. Ils ont injecté dans la start-up près de 6,5 millions d’euros de financement.
  • Situation avant le rachat : 37 collaborateurs répartis sur les sites de Boston et Louvain.
  • Raison du succès : Mise au point de «  Cartegenia Bench », un outil capable d’analyser des données de séquençage nouvelle génération, utilisé en particulier pour des diagnostics en oncologie et pour des maladies héréditaires.

Immoweb :

En 2012, le site Immoweb, leader incontesté de la petite annonce immobilière en Belgique est rachetée à 80% par Axel Springer Digital Classifieds, un joint-venture entre le géant allemand de l’édition Axel Springer et l’américain General Atlantic. La famille Rousseaux, fondateurs de la plateforme, en conserve 20%.

  • Montant de l’acquisition : 127,5 millions d’euros.
  • Actionnaires principaux avant le rachat : Christian (fondateur), Christophe (dirigeant) et Tanguy Rousseaux.
  • Situation avant le rachat : Un chiffre d’affaires de 19 millions d'euros, un bénéfice de 11 millions d'euros par an et 2,4 millions de visiteurs uniques par mois.
  • Raison du succès : Le lancement numérique précoce (1996) d’une plateforme d’annonce immobilière.

Sunrise :

C’est en février 2015 que Microsoft officialise le rachat de Sunrise, un calendrier connecté belgo-français, disponible en ligne sur tous types de plateformes. La startup fait désormais partie de la division Outlook Mobile, le service d’e-mail du géant américain.

  • Montant de l’acquisition : 100 millions de dollars

  • Actionnaires et investisseurs principaux avant le rachat : Jeremy le Van et Pierre Valade, cofondateurs de la startup. Mais aussi les fonds Resolute.vc, Next View Ventures, Balderton Capital, et les business angels Dave Morin, Loic Le Meur, Hunter Walk,… Ils ont injecté 8, 2 millions de dollars dans la startup, en deux rounds de financement.

  • Situation avant le rachat : 100.000 utilisateurs quotidiens.

  • Raison du succès : Compatibilité avec Microsoft et design attractif.

LMS International :

L’entreprise belge LMS International a été rachetée en 2012 par Siemens. Elle est désormais intégrée dans la « business unit » PLM (Product Lifecycle Management) du groupe allemand.

  • Domaine d’expertise : Création de logiciels de test et de simulation pour l'industrie automobile et aéronautique.
    • Montant de l’acquisition : 680 millions d’euros.
  • Actionnaires principaux avant le rachat : Urbain Vandeurzen (CEO, président, fondateur : 60%), Jan Leuridan (18,5%), NPM Capital (16%). Auparavant, la KULeuven et la GIMV (Société régionale flamande d’investissement) avaient investi et cru dans le projet.
  • Situation avant le rachat : 45 bureaux, 1.200 employés et un chiffre d’affaires de 161,5 millions d'euros.
  • Raison du succès : bonne politique d’acquisition avec le rachat de la société française Imagine (2007) et de la société wallonne Samtech (2011), complémentaires à LMS et favorisant son essor.

ActoGeniX :

Neuf ans après sa création en tant que spin-off de l’Institut flamand pour la biotechnologie (VIB) et de l’Université de Gand, la start-up ActoGeniX a été achetée par la boîte américaine Intrexon. Le montant ? 60 millions de dollars (la ½ en actions, l’autre en cash).

  • Domaine d’expertise : Développement et commercialisation de médicaments pour le traitement de maladies graves nécessitant des soins médicaux intensifs.

  • Actionnaires principaux avant le rachat (février 2015) : ActoGeniX a levé 46 millions d’euros auprès de différents fonds : la Gimv (20%), Biotech Fund Flanders, Baekeland Fund, Biovest, Saffelberg Investments (Belgique), Life Sciences Partners, Aescap Venture (Pays-Bas) ou encore Ventech (France).

  • Situation avant le rachat : 22 employés et une vingtaine de brevets partout dans le monde.

  • Raisons du succès : Création d’ActoBiotics, une nouvelle classe de produits biopharmaceutiques administrables par voie orale pour le traitement ciblé de maladies graves, pour lesquelles de nombreux besoins restent non satisfaits.

Massive Media (Twoo) :

C’est en décembre 2012 que le géant français du dating en ligne Meetic a annoncé le rachat du groupe belge Massive Media. Une acquisition qui lui permet de mettre la main sur son rival Twoo.com, l’un des sites de rencontres les plus populaires en Belgique.

  • Domaine d’expertise : Site de rencontre et réseau social (Twoo, Netlog et Stepout).

  • Montant de l’acquisition : 18,9 millions d’euros.

  • Situation avant le rachat (décembre 2012) : 9,6 millions de visiteurs uniques par mois.

  • Actionnaires principaux avant le rachat : Les deux fondateurs, Lorenz Bogaert et Toon Coppens (65%) ; fonds Index Ventures et Atomico Ventures (5 millions d‘euros investis à eux deux en 2007).

  • Raison du succès : Tandis que ses concurrents se concentraient sur le marché des rencontres traditionnel, Twoo était utilisé très activement par des personnes cherchant de nouveaux amis, un rendez-vous ou juste un peu de sociabilisation en ligne.

Augustin Lippens

Get in touch with us through our social channels (Facebook, LinkedIn) or email. We’d love to hear your voice!

Spreds enables you to invest alongside professional investors in innovative companies.

Find out about all the listed investments